À aucun moment Laurent Fabius n'a été mis en difficulté, jeudi 18 février, lors des auditions devant les commissions des Lois de l'Assemblée nationale et du Sénat. La nomination comme président du Conseil constitutionnel de l'ancien Premier ministre a été ratifiée à la quasi-unanimité, avec 38 voix pour et une contre.

Aidé par la déférence des parlementaires de tous bords, M. Fabius s'est bien gardé de se dévoiler.

"Ce contrôle parlementaire des nominations présidentielles n'est pas dans notre tradition française",…