(Document) Budget européen 2021-2027, l’ampleur des coupes masquée par la Commission

Les propositions du 2 mai ont été présentées de manière à minimiser les baisses des crédits dans l’agriculture ou la politique régionale. L’exécutif tarde à s’expliquer. Cette attitude provoque colère et inquiétude chez les députés.
Édition Pouvoirs
Jean-Sébastien Lefebvre (bureau de Bruxelles)
22 mai 2018 à 18h00
Budget européen 2021-2027, l'ampleur des coupes masquée par la Commission — “A lumberjack, 1944. Photographer unknown.” by Royal Opera House Covent Garden is licensed under CC BY 2.0

À lire également

Ce que proposent les différents scénarios du budget post-2020 de l’UE et leurs différences

Au quatrième jour d’un sommet européen hors norme, le président du Conseil a réussi à mettre sur la table une nouvelle proposition. Le plan de relance reste à 750 milliards d’euros mais les subventions ne représentent plus que 390 milliards d’euros, contre 500 dans la proposition d’origine. Les coupes sont particulièrement sévères pour InvestEU ou le Fonds pour une transition juste. Quant au cadre financier pluriannuel pour 2021-2027, Charles Michel reste sur un scénario plafonnant les dépenses à 1074 milliards d’euros. Pour s’y retrouver, Contexte a mis à jour son infographie qui récapitule les dépenses par ligne budgétaire et compare les différentes propositions de budget négociées depuis mai 2018.

Le lexique du cadre financier pluriannuel de l’UE

Depuis mai dernier, diplomates et lobbyistes s’activent autour du prochain budget européen pour la période 2021 à 2027. Le dossier est complexe et mêle les aspects techniques et politiques. Pour s’y retrouver, décryptage des notions clés.

Budget 2019, le gouvernement joue l’équilibriste sur le déficit

Les mesures prévues par ce deuxième exercice budgétaire de l’ère Macron corrigent à la marge le précédent. Quant à l’Europe, elle n’est pas la priorité : la réduction du déficit structurel est faible et rien n’est prévu en cas de Brexit dur. Contexte publie le texte intégral.

Réforme de la politique régionale européenne : la France devient un pays « en transition »

La Commission européenne a réservé quelque 16 milliards d’euros pour les fonds structurels en France après 2020. La quasi-totalité des régions se retrouvera en catégorie « transition ».

L’évolution de la pensée complexe de Macron sur la politique agricole commune

La Commission européenne présentera le 1er juin ses propositions de réforme de la politique agricole commune pour la période 2021-2027. Néophyte en matière d’agriculture, le président français a opéré un « glissement vers le sérieux », selon un observateur. Pour finir moins révolutionnaire que ses premiers discours ne le laissaient imaginer.

Le contenu énergie-climat du projet de budget de la Commission

Marché du carbone, interconnexions, recherche et innovation, financement pour le climat… Contexte revient sur les principales mesures du projet de cadre financier pluriannuel 2021-2027, présenté par la Commission le 2 mai.

Budget européen : la Commission s’attaque aux vaches sacrées de la PAC et de la politique de cohésion

La Commission européenne propose plus d’argent pour la recherche ou les migrants dans le budget de l’UE après 2020. Mais elle coupe dans la politique agricole commune et les fonds régionaux. Comme prévu, l’exécutif européen suggère aussi de lier l’octroi des fonds européens au respect des valeurs de l’UE.

Thème par thème, les positions des États sur le futur budget de l’Union européenne (2021-2027)

Agriculture, régions, zone euro, octroi des fonds sous conditions, défense... Que défendent les États pour le prochain cadre financier de l’UE ? Contexte a compilé les thèses défendues par les Vingt-Sept. L’équation s’annonce ardue. La compensation du départ du Royaume-Uni par une augmentation des contributions nationales ne suscite que peu d’engouement, mais peu d’États ont envie de raboter dans les politiques existantes.

Budget européen : quand les commissaires font leur lobbying

Les premiers chiffres du cadre financier post-2020 sont attendus officiellement le 2 mai. Mais, en coulisse, les commissaires s’activent pour défendre la dotation financière et les ambitions de leur portefeuille. Chacun avec sa stratégie.