En 2013, les rivalités franco-allemandes pour la présidence de l’eurogroupe ont permis à un candidat inconnu et fraîchement nommé ministre des Finances de remporter la mise : le Néerlandais Jeroem Dijsselbloem.

Aujourd’hui, le mandat de deux ans et demi du social-démocrate touche à sa fin, et son homologue espagnol, Luis de Guindos se verrait bien lui succéder. L’Espagne se considère lésée dans la répartition des grands postes européens. Depuis 2012, et la fin du mandat de son représentant au directoire…