« C’est calamiteux, calamiteux, calamiteux. » Nathalie Goulet, candidate de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) en Normandie, ne se fait pas à cette campagne contrainte. Entre la « fatigue des militants », le désintérêt des citoyens pour le sujet et la nécessité d’adapter leur répertoire d’actions électorales, les candidats interrogés soulignent unanimement le caractère particulier de ce temps démocratique.

En revanche, tous ne posent pas le diagnostic d’une campagne « impossible ».

« Il y a toute une partie…