À Bruxelles, le changement de rythme est déjà palpable. Élections européennes obligent, le travail législatif marquera une pause d’avril jusqu’à au moins l’automne.

Plus exactement, il n’y aura plus de travail législatif au sein du Parlement, ni de trilogue (négociation entre le Parlement et les État). Les Vingt-Huit pourront continuer à avancer dans leur coin.

Et pourtant, pas question de se relâcher pour les quelque 20 000 lobbyistes qui peuplent la ville. « Il y aura beaucoup…