Il y a un an et demi, la Commission européenne publiait ses recommandations aux Etats membres désireux d'extraire du gaz de schiste. Un secteur encore peu développé en Europe et toujours aussi disputé face aux groupes d'intérêt qui s'opposent.

Dix-huit mois plus tard, l'exécutif européen se devait de décider ou non de l’opportunité de propositions législatives contraignantes.

La décision initiale de savoir s’il convient ou pas présenter une directive - par rapport à une recommandation - était en soi le…