Gordon Sondland n’est pas un diplomate ordinaire. Homme d’affaires qui a fait fortune dans l’hôtellerie, originaire de la côte ouest américaine, c’est un proche du parti républicain.

Débarqué à Bruxelles il y a un an comme ambassadeur auprès de l’UE, sa mission tranche avec celle de ses prédécesseurs. Au lieu « d’essayer de cajoler » l’Europe comme il le dit lui-même, au nom « de notre longue et chère histoire commune », il est l’heure pour…