La déception. C’est le terme qui convient le mieux pour décrire le sentiment que laisse François Hollande à Bruxelles. Nombre d’Européens attendaient beaucoup de ce président de la République souvent décrit comme un fils spirituel de Jacques Delors, l’ancien patron très apprécié de la Commission entre 1985 et 1995.

En 2012, l’UE était fatiguée des frasques d’un Nicolas Sarkozy qui méprisait une bonne partie de ses homologues et n’avait qu’un respect modéré pour…