La Commission européenne le martèle, conférence de presse après conférence de presse.

Il ne s’agit nullement de mettre la Grèce au ban de l’espace Schengen. Au contraire, l’objectif à peine voilé est d’utiliser les possibilités offertes par les textes pour éviter un effondrement généralisé de l’espace de libre circulation. Quitte à le faire sur le dos d’Athènes.

Tour de passe-passe sur le dos de la Grèce

Le calcul de l’exécutif est simple : l’Allemagne a jusqu’au 13 mai pour rétablir…