Lorsque le chef de l’État annonce le lancement d’une Convention citoyenne pour le climat, le 25 avril 2019, il en attend une série de propositions pour sortir de l’ornière politique liée à l’abandon de la taxe carbone quelques mois plus tôt. C’est aussi une façon pour Emmanuel Macron de mettre au défi les tenants des bienfaits de la démocratie participative. À eux de prouver qu’elle peut être opérationnelle, bien cadrée, et aboutir à des…