Le score calamiteux des Républicains (LR) aux élections européennes du 26 mai a été un séisme qui vient de connaître une nouvelle réplique au Parlement.

Le Premier ministre a en effet décidé de marquer un « acte II » du quinquennat avec une déclaration de politique générale suivie d’un vote de confiance. Une procédure classique à l’Assemblée, mais beaucoup plus rare au Sénat, où la dernière utilisation remonte à 2010. Une époque où le gouvernement, dirigé par François Fillon, y…