Pendant toute la durée des débats sur le projet de loi relatif à l’Alsace au Sénat, du 2 au 4 avril, la ministre des Collectivités locales, Jacqueline Gourault, a tenté de limiter l’appétit des sénateurs pour les amendements. Elle a présenté le texte comme « du cousu main », dans lequel gouvernement ne fait que répondre aux demandes des élus locaux. D’où l’importance selon elle de limiter au minimum la portée de la réforme et de la cantonner…