La majorité en trompe-l’œil d’Ursula von der Leyen

Le collège des commissaires a été approuvé par une majorité allant des sociaux-démocrates à une partie des conservateurs à tendance eurosceptique. Mais la présidente de la Commission européenne sait qu’elle ne pourra faire approuver tous ses futurs textes sur une telle base. Elle continue donc ses appels du pied aux écologistes.
Édition Pouvoirs
Jean-Sébastien Lefebvre, Jean Comte (bureau de Bruxelles)
28 novembre 2019 à 7h00
Frans Timmermans montre la voie à suivre à Ursula von der Leyen — Parlement européen

À lire également

Info Contexte - L’après-Covid : le président du Parlement européen veut « repenser la démocratie parlementaire »

Les députés vont plancher pendant trois mois sur la façon de rendre plus efficace le fonctionnement de l’Assemblée, sur ses prérogatives ou encore sa visibilité auprès des citoyens. Le tout en tirant les leçons des récents mois de travail parlementaire marqués par la crise sanitaire et le télétravail.

Commission von der Leyen: le trombinoscope des cabinets européens (2019-2024)

Retrouvez sur cette page la composition des cabinets des nouveaux commissaires qui sera mise à jour au fur et à mesure de la nouvelle mandature. La vue filtrée par ministère permet de visualiser en un clin d’œil les presque 200 membres d’un cabinet. Le menu « compétence » agrège en une seule page tous les conseillers qui travaillent sur un même thème, triés par commissaire.

Ursula von der Leyen organise sa Commission

La nouvelle présidente de l’exécutif a dévoilé le 4 décembre les méthodes de travail de son collège et les premières modifications de l’organisation interne de l’institution. Passage en revue des points les plus importants.

Vice-présidents, écologie, transparence, concurrence… : ce qu’il faut retenir de la Commission von der Leyen

La structure du nouvel exécutif reprend les grandes lignes inventées en 2014 par Jean-Claude Juncker. Les quelques ajustements reflètent des besoins de clarification du fonctionnement ou les nouvelles priorités politiques. La France obtient un portefeuille de poids.

C’est l’histoire d’un Parlement européen de droite qui se met à pencher à gauche

Les discussions entre les quatre groupes pro-européens ont échoué à proposer un programme commun, mais elles ont révélé des convergences au centre gauche, et la future présidente de la Commission a dû s’aligner pour être élue.

Face à la montée des Verts, les lobbys sortent les pincettes

Renforcés par le scrutin européen, les écologistes veulent être acteurs du programme politique 2019-2024, dont la négociation commence cette semaine. Autour de l’hémicycle, les représentants d’intérêts se préparent aux conséquences sur leurs dossiers et appréhendent de devoir discuter avec un groupe politique dont ils ne sont pas traditionnellement proches.

Pour le prochain Parlement européen, les Verts voient grand

Les écologistes espèrent profiter des revers annoncés des conservateurs et des socialistes pour gagner en influence, voire mettre un pied dans la coalition à la tête de l’UE. Ils restent toutefois tributaires d’un ancrage inégal dans le paysage politique européen, ainsi que des mouvements en cours dans le bloc social-démocrate.

Le Parlement européen version 2019-2024

Le Brexit a finalement bien eu lieu. L'hémicycle compte désormais 705 députés, contre 751 auparavant. Le Parti populaire reste la première force politique. Le départ des Britanniques a par ailleurs permis à l'extrême droite de ravir la quatrième place aux écologistes.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire