Plus personne, à l’Assemblée comme au Sénat, ne souhaite remettre en cause la décision prise par Nicolas Sarkozy en 2007 de confier la présidence de la commission des Finances à un élu de l’opposition. La réforme est complètement entrée dans les mœurs, passant le cap de l’alternance de 2012 sans difficulté.

Ses effets ont jusqu’à présent été limités, mais toutes les potentialités n’ont pas été explorées. Les différents présidents, Didier Migaud et Jérôme Cahuzac pour…