La crise du coronavirus a fait une victime collatérale, les négociations sur la relation future avec le Royaume-Uni. En quelques jours, « l’accord post-Brexit est passé de la première à la dixième place », explique un diplomate.

« Et ça, c’est dur pour les Britanniques », ajoute cette même source. Car reléguer l’accord avec le Royaume-Uni au second plan ruine les plans de Londres d’occupation du terrain à Bruxelles.

Opération séduction

Avec l’élection de Boris Johnson, en décembre 2019…