Olaf Scholz a trouvé un avocat pour le défendre, le 20 octobre, à la table du dernier sommet européen, à Bruxelles. Le Néerlandais Mark Rutte a pris la parole pour balayer les critiques qui accablent le chancelier depuis qu’il a annoncé, fin septembre, un plan de 200 milliards d’euros pour venir au secours de ses ménages et ses entreprises face à l’inflation galopante. C’est injuste, car de nombreux autres États ont aussi prévu des mesures de protection contre la montée…