Pour sa deuxième venue au Palais-Bourbon, mercredi 14 novembre, le président du Bundestag ne s’est pas contenté de déposer une gerbe devant le monument aux morts. Il a également validé, avec son homologue français, les bases de la nouvelle assemblée parlementaire franco-allemande. Cette initiative coïncide avec la renégociation actuelle du traité de l’Élysée, signé en 1963, qui scelle la réconciliation entre les deux ennemis d’hier.

Rôle consultatif

La future Chambre sera composée de 100 députés, 50 de…