Le projet de loi relatif au Brexit brasse très large. Au point d’avoir fait tiquer le Conseil d’État. Examiné par les sénateurs le 6 novembre, puis début décembre par les députés, le texte habilite le gouvernement à prendre des ordonnances pour faire face aux conséquences du Brexit, avec une liberté jamais vue. Un choix que la ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, assume :

« S’il y avait une raison d’inventer les ordonnances, c’est bien pour faire…