Ce jour-là, l'hémicycle est à eux. Tous les ans, les groupes minoritaires et d'opposition disposent d'une "niche", comme on dit dans le jargon parlementaire, et peuvent présenter des textes.

Les chances de les voir adoptés sont minces. Mais en utilisant habilement ce droit de faire discuter leurs propositions, les groupes d'opposition peuvent mettre le gouvernement en difficulté. Jeudi 18 janvier, c'est le tour du groupe PS, le 1er février, celui de la France insoumise.

Fenêtre de tir médiatique pour l'opposition…