C’est le discours qu’Angela Merkel n’a jamais prononcé. Celui dessinant, point par point, la vision allemande de l’avenir de l’Union européenne. Olaf Scholz s’est prêté à l’exercice pendant près d’une heure, le 29 août , en République tchèque, qui assure la présidence tournante du Conseil de l’UE au second semestre 2022.

Tout au long d’un exposé dense, le chancelier social-démocrate, arrivé au pouvoir voilà huit mois, égraine des « pistes de réflexion » sur la réforme des institutions européennes, l’adhésion…