La Pologne est-elle en train de quitter son rôle de trublion européen, qu’elle jouait jusqu’à présent en tandem avec la Hongrie ? C’est l’espoir d’Ursula von der Leyen, qui a fait approuver par le collège des commissaires, le 1ᵉʳ juin, le plan de relance post-Covid de la Pologne, gelé depuis un an par un litige jusque-là indémêlable sur l’indépendance du système judiciaire. En jeu : 23,9 milliards d’euros de subventions et 11,5 milliards d’euros de prêts, une enveloppe représentant un…