« Je n’ai jamais vu une élection de président du Parlement européen avec aussi peu de suspens ! », s’esclaffe un assistant.

Il n’y avait en effet plus guère de mystère sur l’identité du successeur de David Sassoli, le 18 janvier au matin, lorsque les députés ont commencé à voter. Et pour cause : dans un accord finalisé la veille au soir , le Parti populaire européen (PPE) s’était assuré que sa candidate, Roberta Metsola, passerait. La Maltaise a rallié…