Un énième rebondissement qui a un goût de déjà-vu. Le 17 décembre, le service juridique du Conseil de l’UE – l’organe qui réunit les États membres de l’UE – a expliqué aux représentants des Vingt-Huit que le projet de directive sur la protection des lanceurs d’alerte proposé par la Commission au printemps 2018 ne tenait pas la route.

Les compétences de l’UE sont en effet régies par des traités, qui délimitent très précisément les secteurs dans lesquels…