"On ne peut que supputer des raisons politiques derrière les demandes des institutions pour davantage de réduction des retraites, malgré cinq ans de pillage", indique une déclaration du bureau du Premier ministre grec publiée le 15 juin. Parmi tous les points qui opposent le gouvernement grec et les créanciers depuis trois mois, la question des retraites est la plus polémique. Si les négociations venaient à échouer, ce serait "la faute" des retraités grecs.

Alors que la Commission européenne et les…