Le retour de hype des fédérations à l’occasion de la crise du coronavirus

Malmenées par un pouvoir qui les jugeait ringardes et peu représentatives, les organisations professionnelles ont désormais, depuis le début de la crise sanitaire, leur rond de serviette à la table du ministre de l’Économie.

Édition Pouvoirs
Diane de Fortanier avec Hugo Thérond
08 juin 2020 à 8h25
Des fédérations, à la pointe de la mode, se rendent à une réunion à Bercy
Des fédérations, à la pointe de la mode, se rendent à une réunion à Bercy — © CC0 / Public Domain via Good Free Photos

À lire également

Ce que les lobbyistes ont retenu des crises passées
Il y a douze ans, l'économie mondiale décrochait brutalement, et rechutait quatre ans plus tard. Les cabinets d'affaires publiques étaient alors moins nombreux et le secteur moins structuré qu'aujourd'hui, mais les problèmes qu'ils ont rencontrés ressemblent à ceux qui les guettent pendant la crise sanitaire du coronavirus.
Le secteur du lobbying tente de s’adapter au coronavirus
A Paris comme à Bruxelles, malgré le ralentissement de l’activité législative, le travail ne manque pas pour les cabinets de conseil en affaires publiques. En ces temps d’incertitude, leurs clients ont besoin d’informations fiables. Mais à moyen terme, les lobbys craignent une baisse de leur activité et chiffre d’affaires.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire