Effet de mode ou vrai marché ? Les balbutiements du lobbying local 

Avec la décentralisation et le non-cumul des mandats, certains lobbyistes voient des opportunités en province. L’idée est relativement récente, et les représentants d’intérêts interrogés par Contexte s’y sont essayés avec un succès inégal.

Édition Pouvoirs
Diane de Fortanier
10 septembre 2020 à 8h00
Effet de mode ou vrai marché ? Les balbutiements du lobbying local 
Effet de mode ou vrai marché ? Les balbutiements du lobbying local  — © Flickr / Matthieu Luna

À lire également

L’influence, nouvel eldorado du lobbying
Les agences d’influence sont de plus en plus nombreuses à intégrer des profils affaires publiques dans leurs équipes et ne jurent plus que par les stratégies « 360 » pour marquer de leur empreinte les décisions publiques. La tendance s’est accélérée depuis la crise sanitaire.
Les lobbyistes se passionnent pour le « pro bono »
Et si les représentants d’intérêts avaient, eux aussi, un cœur ? Le lobbying « pour le bien public », c’est-à-dire à titre gratuit, est de plus en plus répandu dans la profession. Certains représentants d’intérêts le pratiquent depuis un certain temps déjà, mais plusieurs initiatives ont été prises au cours de l’année 2021, de la création d’une antenne française de l’association The Good Lobby à la structuration de pôles ad hoc dans des cabinets installés de la place parisienne.
Peu de nouveautés dans l’encadrement du lobbying à Bruxelles, mais une dynamique constante depuis dix ans
Conclu après quatre ans de négociations laborieuses, l’accord de décembre 2020 sur le registre de transparence ne réussit pas à créer un système réellement « obligatoire » et la question des contrôles des déclarations reste une faiblesse structurelle du système. Mais d’ici à 2024, le débat sur les failles à corriger a de fortes chances de renaître au sein du Parlement européen.
Perte d’adhérents, menace de scission : crise ouverte à l’Ania, le plus gros lobby de l’agroalimentaire
L’Association nationale des industries alimentaires fait face à une crise interne. Le départ de cotisants parmi les plus importants remet en question son existence même, sur fond de problèmes de gouvernance.
Le projet d’un registre des lobbys obligatoire fait son retour à Bruxelles
Les discussions lancées en 2016 autour d’un enregistrement « obligatoire » des représentants d’intérêts reprennent dans un climat optimiste. Le but est de boucler un accord d’ici à la fin de l’année. Mais les positions des différentes institutions restent tendues. La crainte d’une réforme au rabais persiste.
Ce que les lobbyistes ont retenu des crises passées
Il y a douze ans, l'économie mondiale décrochait brutalement, et rechutait quatre ans plus tard. Les cabinets d'affaires publiques étaient alors moins nombreux et le secteur moins structuré qu'aujourd'hui, mais les problèmes qu'ils ont rencontrés ressemblent à ceux qui les guettent pendant la crise sanitaire du coronavirus.
L’association des lobbyistes contre-attaque après le rapport Waserman
Au nom des professionnels en cabinets d’affaires publiques, l’AFCL répond aux propositions du vice-président Modem de l’Assemblée nationale. Elle s’inquiète de possibles effets pervers et déplore l’inanité de préconisations fortes du rapport. Elle propose en revanche de donner plus de sens au répertoire public institué par la loi Sapin 2.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire