Il n’y a pas eu de condamnation formelle. La salle de presse bruxelloise a bien tenté, pendant près de quarante-cinq minutes, lundi 11 juillet, de faire dévier le porte-parole de la Commission européenne de ses notes, sans succès.

La partie émergée de l’iceberg ?

Pendant une période 18 mois après la fin de leur mandat, les anciens commissaires sont tenus de notifier à la Commission européenne toute nouvelle embauche. Elle est sujette à validation après vérification de possibles conflits…