Dans l’UE, l’art de la dramatisation est habituellement le fait des chefs d’Etat ou des ministres des Finances. Une fois n’est pas coutume, ce sont les ministres du Travail qui ont dénoué l’intrigue qui se jouait depuis des semaines, lundi 9 décembre à Bruxelles.

Après plusieurs heures de négociations et de nombreuses bilatérales, les deux camps qui se déchiraient sur la sévérité des règles d’encadrement du travail détaché ont été départagés : les partisans de contrôles accrus, emmenés par la France, ont…