Les Européens déroutés par les tête-à-queue de la coalition allemande

Berlin a exigé le 14 mars de renégocier à la dernière minute un accord déjà scellé sur la révision des règles budgétaires européennes. L’épisode suit celui de la vente de voitures à moteur thermique, un autre dossier dans lequel l’Allemagne a soulevé des objections tardives. Ces volte-face, dues aux tensions au sein de la coalition à Berlin et aux déroutes électorales du parti libéral, mettent la patience des Européens à l’épreuve.
Édition Pouvoirs
Jean Comte, Simon Carraud, à Bruxelles
15 mars 2023 à 8h00
Signature du contrat de coalition allemand — Wikimedia Commons

À lire également

Olaf Scholz appelé en arbitre de sa coalition sur l’adoption de l’accord européen relatif au CO₂ des poids lourds

Les libéraux au sein du gouvernement allemand ont fait part de leur désaccord avec le texte conclu entre le Parlement et le Conseil sur les émissions des poids lourds, la veille de son adoption par les ambassadeurs auprès de l’UE (Coreper), initialement prévue le 7 février. Le vote est reporté au 9 février. Les tractations s’annoncent intenses à Berlin d’ici là.

Derrière les fâcheries sur le nucléaire, la rivalité industrielle entre la France et l’Allemagne

Voilà des mois que les deux pays s’écharpent à Bruxelles sur le statut de l’atome dans le cadre de la réforme du marché européen de l’électricité. Le sujet n’est pas qu’un symbole, en particulier pour Paris, qui mise gros sur ses centrales. Mais ces négociations houleuses cachent aussi une bataille sur la compétitivité des deux économies. Avec, en creux, la crainte d’un déclassement industriel de part et d’autre du Rhin.

Avec la crise sur les émissions des voitures, les institutions européennes à rude épreuve

Les manœuvres de l’Allemagne, qui a bloqué pendant plusieurs semaines le texte sur le CO₂ des voitures en raison de désaccords internes à son gouvernement, ont agacé à Bruxelles. Cela peut-il laisser des traces et peser à l’avenir sur les relations entre les États, le Parlement et la Commission ? Certains ne l’excluent pas.

L’Allemagne pénalisée sur la scène européenne par l’équation Scholz

Le sommet européen des 20 et 21 octobre, où le chancelier allemand est loin d’avoir obtenu ce qu’il voulait, a montré à quel point son influence est en deçà de celle qu’exerçait Angela Merkel. Pour ne rien arranger, le dirigeant social-démocrate est empêtré dans une minicrise diplomatique avec la France, sans équivalent durant le règne de sa prédécesseure.

L’Allemagne met la solidarité européenne sous tension

Le gouvernement d’Olaf Scholz s’est attiré les foudres de nombreux pays européens en annonçant un plan massif de soutien à ses ménages et à ses entreprises. Un choix unilatéral et sans concertation qui a réveillé la défiance latente vis-à-vis de l’Allemagne. Le tout à l’approche d’un sommet des Vingt-Sept, qui s’annonce électrique.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire