La Commission européenne ne cache pas sa satisfaction après la publication, dimanche 3 avril, de quelque 11,5 millions de documents provenant du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, révélant les stratégies de dissimulation des avoirs de dirigeants politiques, personnalités et entreprises, pour les soustraire au fisc.

« Chaque révélation nous aide », confie un fonctionnaire européen. Les Panama papers vont permettre d’ » accélérer l’adoption du paquet pour lutter contre l’évasion fiscale en négociation depuis janvier », ajoute cette source impliquée…