Pôle de stabilité institutionnelle, le Sénat ne devrait pas connaître le séisme vécu en juin 2017 par l’Assemblée nationale.

Au lendemain du scrutin du 24 septembre, le groupe LR devrait toujours être le pivot d’une majorité de droite et Gérard Larcher devrait être reconduit sans trop de difficulté à la présidence.

Toutefois, ce renouvellement partiel de la Chambre haute n’est pas dénué d’enjeux politiques, tant pour le gouvernement que pour la gouvernance et les équilibres internes…