Formellement, lors du sommet du 15 décembre, les chefs d’État et de gouvernement ont peu parlé des questions de défense. Ukraine, situation en Syrie, relations avec la Turquie, Brexit, réfugiés, la journée était déjà assez chargée.

Pourtant, une page et demie du texte final des conclusions porte sur les questions militaires, trois fois plus que le prévoyaient les avant-projets consultés par Contexte. Cette inflation est due à la forte pression exercée par Paris et Berlin pour que leurs partenaires…