La politique industrielle, nouvelle marotte des Vingt-Sept

Les chefs d’État ont commandé à la Commission une stratégie industrielle pour la fin de l’année 2019. Le dossier, légèrement délaissé par l’actuel exécutif, pourrait devenir un axe important du prochain mandat.
Édition Pouvoirs
Jean Comte (Bureau de Bruxelles)
09 mai 2019 à 8h00
Usines à Asnières — Vincent Van Gogh

À lire également

Document Contexte - L’autonomie stratégique en bonne place dans la nouvelle stratégie industrielle européenne

En raison des vulnérabilités de l’Union révélées par la crise du Covid, les chefs d’État et de gouvernement ont réclamé à la Commission une nouvelle feuille de route. Elle doit être présentée le 5 mai, après un bras de fer interne à l’exécutif entre partisans et opposants d’une autonomie stratégique renforcée. Contexte a obtenu une version quasi définitive de la communication.

À Bruxelles, l’autonomie stratégique est le nouveau concept à la mode

La crise du coronavirus a mis en avant la profonde dépendance de l’UE dans des secteurs pourtant jugés cruciaux. Des pistes sont étudiées dans le cadre du plan de relance pour renverser la vapeur. L’idée est défendue depuis longtemps par Emmanuel Macron, mais des divergences d’interprétation existent entre les États.

Petit à petit, une réforme de la politique de concurrence européenne s’impose à Bruxelles

L’exécutif européen publie mardi 10 mars sa nouvelle stratégie industrielle. Les versions préparatoires circulent déjà. Il s’agit surtout d’un amuse-bouche avant la mise à jour de la politique de concurrence prévue pour juin. La Commission tente déjà de calmer les ardeurs de Paris et Berlin qui y voient la solution à leurs problèmes face à la Chine et aux États-Unis.

Protection et taxation, deux enjeux plébiscités par les partis français pour les européennes

Sur ces sujets, les divergences entre la gauche et la droite s’estompent (ou presque), laissant ressortir une vision française de ce que devrait être et faire l’Union. Des sujets sur lesquels les députés ont parfois peu de compétences. Décryptage.

À Bruxelles, les lobbys préparent déjà l’après élections européennes

Malgré un agenda législatif moins chargé, fédérations professionnelles et consultants affichent un planning serré. La période électorale et le renouvellement du Parlement et des dirigeants des institutions européennes constituent des opportunités pour se faire connaître et avancer ses dossiers.

Comment les lobbyistes réussissent malgré tout à influencer des décisions en matière de concurrence

Quand il s’agit de fusions-acquisitions ou d’aides d’État, les canaux normaux du lobbying bruxellois sont bouchés. Les consultants ont pourtant les moyens d’influencer la décision publique et, in fine, la Commission elle-même.

L’UEAPME, lobby discret des petites entreprises à Bruxelles

À Bruxelles, les PME disposent d’une représentation dédiée – l’Union européenne de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises. La structure bénéficie d’une expertise technique reconnue, mais peine à se faire entendre dans la bulle bruxelloise. En cause : le poids des grandes fédérations et les difficultés internes à trouver des consensus.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire