Réunis en sommet mercredi 16 mai au soir à Sofia, les dirigeants de l’Union européenne ont montré une assez rare unité dans leur volonté de refuser les diktats de Donald Trump. Ils ont armé une batterie de mesures, incluant des rétorsions, pour protéger leurs intérêts économiques contre la politique punitive du président américain.

Le coup de semonce est venu du groupe Total. Le géant pétrolier a annoncé quelques heures avant le sommet sa décision de se retirer d’Iran…