Ursula von der Leyen, future présidente de l’exécutif européen à partir de novembre, a immédiatement donné le ton : sa Commission sera « verte » ou ne sera pas. Elle a notamment promis un « green deal », dans les cent premiers jours de son mandat. Et se félicite : ce pacte vert, visant notamment à sacraliser l’objectif de neutralité carbone pour tout le continent à l’horizon 2050, sera « la première loi européenne pour le climat ».

Fort de sa nouvelle fonction de vice-président…