La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande, ont tenté, le 26 juin, de convaincre une dernière fois le Premier ministre grec Alexis Tsipras d’accepter l’accord « cash contre réformes » que lui proposent les créanciers de la Grèce.  Ce paquet est assimilé à un ultimatum, puisque la Grèce perdra les fonds de sauvetage, le 30 juin, dont elle a besoin pour rembourser à cette date le Fonds monétaire international et éviter une ruée sur les comptes…