« Nous n’avons pas de consensus pour des quotas obligatoires sur les migrants »  a déclaré Donald Tusk, le président du Conseil européen, à son arrivée au sommet, le 25 juin. Il renvoie ainsi tout le système de quotas avec ses clés de répartition précises pour répartir les demandeurs d’asile, qu'a proposé la Commission européenne le 27 mai, aux oubliettes. Si la « solidarité ne peut se faire sans sacrifice », le président du Conseil européen y met des conditions,…