Hormis les conservateurs, la plupart des groupes politiques du Parlement européen ont fustigé, le 25 novembre à Strasbourg, un projet espagnol qui légaliserait les « expulsions à chaud » de migrants arrivés d'Afrique du Nord sur les enclaves de Ceuta et Melilla. Et ce en violation du « principe de non-refoulement » inscrit dans la Charte européenne des droits fondamentaux et le droit international.

Par le biais d’une « question orale », les élus socialistes, libéraux, verts, de la gauche…