Cinq mois. C’est le temps qu’il a fallu, de décembre 2020 à avril 2021, aux membres du Parlement européens pour lancer leur travail sur les propositions de la Commission sur la régulation des plateformes numériques.

« Le Parlement se ridiculise avec ce conflit de compétences », lâchait l’eurodéputé Sandro Gozi (Renew) début avril, excédé après des semaines de bataille entre commissions parlementaires sur le Digital Services Act et le Digital Markets Act – deux textes pourtant clés pour la régulation…