Élu député sous l’étiquette LRM en 2017, vous avez rapidement pris vos distances. Qu’est ce qui a motivé votre départ ?

Il y avait des choses très intéressantes dans le discours d’Emmanuel Macron. Il parlait de logiques ascendantes, de tenir compte de la réalité du terrain, de ne pas être dans des idéologies binaires droite-gauche, mais d’essayer de trouver la meilleure solution. L’idée d’avoir de nouveaux députés, venant avec leur expérience pour permettre de changer…