Plan de relance européen : Paris et Berlin à la manœuvre pour créer un compromis à 27

Les aspects techniques sont prêts. Ils seront présentés le 27 mai par Ursula von der Leyen. Mais le plus difficile reste à négocier : l’importance du plan de relance, la distribution de l’argent, les modalités de remboursement. Paris et Berlin ont aligné leur position pour amener Nord et Sud de l’UE vers un accord. Ils proposent 500 milliards d’euros en subventions. Les pays frugaux freinent des quatre fers.
Édition Pouvoirs
Luis Grasès (depuis Bruxelles)
19 mai 2020 à 8h00
Emmanuel Macron, Ursula von der Leyen et Angela Merkel lors du sommet européen de février 2020 — DR

À lire également

Plan de relance européen : comment dépenser 750 milliards d’euros

Après avoir présenté son plan de relance dans les grandes lignes le 27 mai, la Commission européenne détaille le fonctionnement de chaque programme impliqué. Le point sur les principaux fonds.

À Bruxelles, l’autonomie stratégique est le nouveau concept à la mode

La crise du coronavirus a mis en avant la profonde dépendance de l’UE dans des secteurs pourtant jugés cruciaux. Des pistes sont étudiées dans le cadre du plan de relance pour renverser la vapeur. L’idée est défendue depuis longtemps par Emmanuel Macron, mais des divergences d’interprétation existent entre les États.

La Commission imagine un plan de relance à 2 000 milliards d’euros

Les chefs d’État et de gouvernement ont confié son élaboration à l’exécutif européen. Des pistes sont déjà explorées en coulisses depuis plusieurs semaines. L’idée est de lever de l’argent via les marchés financiers grâce à un système de garantie. Ces mesures exceptionnelles seraient intégrées dans le prochain cadre financier pluriannuel de l’Union.

Avant de repenser le monde post Covid-19, les Européens doivent prendre acte d’un avenir commun ou pas

Le coût du confinement menace le marché unique, l’un des piliers de l’Union. Une situation qui remet les Européens face aux défauts de fabrication de l’euro, comme en 2010 ou 2015. Pour éviter un décrochage économique du Sud, de nouveaux instruments financiers, plus solidaires, sont demandés. Poussé dans ses retranchements, le Nord se sent menacé. 

La stratégie d’influence britannique à Bruxelles victime collatérale du coronavirus

Depuis l’élection de Boris Johnson, la diplomatie britannique était à l’offensive à Bruxelles pour influencer les négociations sur l’accord post-Brexit. Mais la crise sanitaire et « l’exceptionnalisme britannique » ont eu raison de cette stratégie.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire