Pour gérer le Brexit, l’administration française mobilise ses troupes

Une première réunion interministérielle, pilotée par le Secrétariat général aux affaires européennes, doit avoir lieu vendredi 8 juillet.
Édition Pouvoirs
Clémentine Forissier
07 juillet 2016 à 18h00
— DR

À lire également

Brexit : le Parlement européen débroussaille les chantiers numériques

Contexte s’est procuré les synthèses élaborées par les commissions du Parlement européens sur les dossiers à prendre en compte tout au long du processus de sortie de la Grande-Bretagne, en particulier pour les accords à mettre en place pendant la période de transition. Règlement sur les données personnelles, e-commerce, paquet télécoms…, les eurodéputés listent les questions sans nécessairement y apporter de réponse.

Brexit, l’administration française rend une première copie d’ici fin octobre

La cinquantaine de directeurs généraux impliqués dans le « groupe de travail article 50 », doit adresser au Secrétariat général des affaires européennes un premier panorama de l’impact de la sortie du Royaume-Uni sur les politiques sectorielles.

Bruxelles l’arme au pied, en attendant le Brexit

Commission, Parlement, Conseil, chaque institution se prépare à la titanesque négociation avec le Royaume-Uni. Même si personne ne sait quelle forme prendront les discussions tant que les Britanniques n’auront pas fait le premier pas vers la sortie de l’UE, attendu d’ici la fin mars 2017.

En nommant Michel Barnier, Juncker envoie un message de fermeté à Londres

Le Français, ancien commissaire européen, marginalisé dans sa famille politique, va piloter les négociations sur le Brexit pour la Commission européenne. L’institution cherche à se replacer dans le jeu.

Les premiers pas du nouveau gouvernement britannique en Europe

La Première ministre britannique a demandé du temps pour se préparer au Brexit. Femme de tête, Theresa May est anti-européenne et va tenter de jouer les gouvernements contre la Commission.

À Bruxelles, les lobbys se préparent aussi au Brexit

Inquiétude ou opportunité ? Dans l’écosystème bruxellois, l’impression laissée par le vote des Britanniques est ambiguë. Mais les négociations à venir promettent une intense activité pour tous les spécialistes de la machinerie européenne. 

La marginalisation du Royaume-Uni dans l’UE est en marche

En février, le Premier ministre britannique, David Cameron, quittait Bruxelles triomphant. Quatre mois plus tard, il revient défait, alors que son opposant, Nigel Farage, parade dans les couloirs des institutions.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire