« Costaud », « énorme », les adjectifs ne manquent pas pour qualifier la masse de travail que va représenter la sortie du Royaume-Uni de l’UE pour l’administration française.

Pour le moment, la ligne fixée par le gouvernement à Bruxelles est connue : avant l’activation officielle de la procédure de sortie par les Britanniques (notification du fameux article 50 du traité de l'UE), rien ne se passe, aucune négociation avec Londres.

Mais les différents ministères commencent malgré tout à s’organiser…