Le message est poli, mais clair.

Non, les États ne confieront pas de mandat au prétendant du Parti populaire européen (PPE) Jean-Claude Juncker pour former une majorité parlementaire capable de le porter à la tête de la Commission.

C'est vers le Belge Herman Van Rompuy qu'ils se tournent. Le président du Conseil européen a théoriquement jusqu’à la prochaine rencontre des chefs d’État et de gouvernement, prévue les 26 et 27 juin, pour discuter avec les différentes formations du Parlement.

Avant d’être…