Comment les groupes d’intérêts cherchent à peser dans les programmes des candidats

Les représentants d’intérêts privilégient les contacts directs avec les équipes de campagne ou la mise en place de plateformes de propositions à la place des historiques « questionnaires ». Mais le calendrier tardif des primaires et le déroulement incertain de la campagne chamboulent l’efficacité de l’action.
Édition Pouvoirs
Diane de Fortanier
07 février 2017 à 18h25

À lire également

Cédric Musso (UFC-Que Choisir) : « Le bon lobbying est un lobbying expert »

Le directeur de l’action politique de l’UFC-Que Choisir explique à Contexte comment s’est structurée et se mobilise la doyenne des associations de consommateurs de France en matière de lobbying, cas emblématiques à l’appui. Il dresse aussi les grandes lignes des combats de l’association pour le quinquennat à venir. Grand entretien.

La loi Sapin 2, un texte inabouti sur l’encadrement du lobbying

À l’issue de l’ultime lecture parlementaire, l’article 13 de la loi Sapin, relatif au registre des représentants d’intérêts, donne aux parties prenantes, en partie insatisfaites, le sentiment d’un travail inachevé.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire