Jeudi 23 juin au soir, Berlin a éteint sa lampe de chevet en poussant un ouf de soulagement. Nigel Farage reconnaissait sa défaite, le Brexit semblait relégué à la rubrique faits divers de la chronique de l'Union européenne. Vendredi sera donc business as usual : réforme des droits de succession et loi sur la fracturation hydraulique au Bundestag, puis sommet de la réconciliation dans le camp conservateur d'Angela Merkel.

Au petit matin, le 24 juin, les sociaux-démocrates sont les plus…