Rendre le registre si indispensable que tous les lobbys finiront par s’y inscrire d’eux-mêmes. Telle est la stratégie poursuivie par la Commission européenne dans ses propositions sur un meilleur encadrement de la pratique du lobbying, présentées mercredi 28 septembre à Bruxelles.

Cibler les hauts responsables

Pour y parvenir, le premier vice-président, Frans Timmermans, souhaite que les députés européens et les ambassadeurs (et leurs adjoints) des présidences tournantes de l’UE en activité (et la suivante) puissent rencontrer uniquement…