Deux heures après l’annonce officielle des résultats, mercredi 9 novembre, le président de la République a assuré le service minimum. François Hollande a félicité Donald Trump « comme il est naturel entre deux chefs d’États démocratiques ».

Tout en précisant que cette victoire « ouvre une période d’incertitude ». Une distance qui laisse apparaître une fêlure dans les liens transatlantiques. Et cela n’est pas propre à Paris.

« L’internationale autoritaire »

À Berlin, l’humeur est tout aussi morose. La chancelière…