Deux heures après l’annonce officielle des résultats, mercredi 9 novembre, le président de la République a assuré le service minimum. François Hollande a félicité Donald Trump "comme il est naturel entre deux chefs d’États démocratiques".

Tout en précisant que cette victoire "ouvre une période d’incertitude". Une distance qui laisse apparaître une fêlure dans les liens transatlantiques. Et cela n’est pas propre à Paris.

"L’internationale autoritaire"

À Berlin, l’humeur est tout aussi morose. La chancelière Angela Merkel a pris la peine…