« Je suis ravie de pouvoir vous féliciter pour votre fantastique victoire à l’élection présidentielle. Et cette visite si rapide [la première pour un dirigeant étranger après l’investiture de Donald Trump, ndlr] est une preuve de la force et de l’importance de la “Special Relationship” [relation spéciale] qui existe entre nos deux pays ».

Face au 45e président américain, Theresa May n’a pas ménagé ses efforts, vendredi 27 janvier, pour lancer une nouvelle ère de coopération entre États-Unis…