La commissaire au commerce Cecilia Malmström a investi une bonne partie de son capital politique pour convaincre les Etats membres, les eurodéputés et les ONG que le mécanisme réformé de règlement des différends entre investisseurs et Etats (ISDS) méritait sa place dans le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP).est négocié actuellement par l’UE et les Etats-Unis.

Mais il semble que l'offensive de charme qu’elle a lancée au début de cette année n’ait pas réussi à convaincre certains de ses…