Les premières invitations à déjeuner « chez Laurent » ne tardent pas, au lendemain du 18 juin 2017. Autour de la table, des responsables des affaires publiques expliquent leurs enjeux, sans trop savoir si les députés qui se succèdent en face d’eux seront à même de devenir experts de leur sujet. Ces nouveaux parlementaires ont dû se construire un avis et une doctrine vis-à-vis des lobbyistes. Avec, dans leur dos, une opinion publique attentive aux interactions entre les parties prenantes et…